Aujourd’hui je vais te parler d’un problème récurent avec la plupart des chevaux, les objets et les passages « kifonpeur ».

Je voudrai te rappeler, en préambule, qu’un cheval qui a peur des objets, des bruits ou des endroits c’est TOUT A FAIT NORMAL ! 🙂
Les chevaux ne doivent leur survie jusqu’à nos jours qu’à cette méfiance et à cette vigilance naturelles. Ils sont des proies, tu le sais, je suis d’accord, mais ce serait bien de t’en souvenir, même quand ton cheval est monté, même quand ça ne t’arrange pas…

Donc ton cheval a peur de CET objet parce qu’il a peur que cet objet soit un danger mortel pour lui (c’est vraiment ça qu’il a en tête) et, du coup, l’attitude la plus répandue chez les cavaliers consiste à se focaliser sur cet objet à pousser le cheval en avant ou à l’amener le voir, le sentir ou le toucher pour lui montrer « que ça ne risque rien ».

Ok alors maintenant qu’on a tout ça en tête, on va venir à faire un peu d’anthropomorphisme pour t’aider à réaliser ce qui se passe dans la tête de ton cheval dans ces cas là :
Je vais prendre mon cas personnel pour exemple. Je suis quelqu’un de plutôt courageux dans la vie et m’aventurer seule en pleine forêt de nuit ou voyager seule à l’étranger par exemple ne m’amènent aucune crainte. Une de mes seules peurs… ce sont les araignées … je ne peux ni les tuer ni les toucher, j’ai même du mal à les regarder à 3 m …

Super effort, j’ai touché une photo d’araignée du bout de ma souris …

Ok, alors, maintenant, imaginons qu’une personne qui m’aime beaucoup décide de faire quelque chose pour moi et qu’à chaque fois que je stresse, elle me montre l’araignée en m’incitant à la regarder et m’amène bien gentiment toucher l’araignée en question, en insistant autant qu’il le faut pour me montrer que je ne risque rien, chaque fois que nous en croisons une ensemble ….

Tu vois le tableau ?

Tu réalises ce que ça engendre comme stress grandissant à la vue d’une araignée quand je serai avec cette personne ? Voilà, là tu comprends pourquoi c’est tellement difficile pour ton cheval et comment cette attitude aggrave les choses au lieu de les améliorer !

Alors on voit maintenant ce qu’on ne devrait pas faire, voyons ce qu’on peut faire !

Premièrement, peut être ne pas commencer à chasser nous même « l’araignée » ! ^^ C’est à dire qu’on soit à pied ou en selle, ne pas commencer à chercher tout ce qui serait susceptible de faire peur à notre cheval … oui, oui … on ne s’en rend pas toujours compte mais quand on a un cheval un peu émotionnel on finit par avoir peur avant lui ! ^^ Et du coup on déclenche sa peur avant même qu’il ai vu quoique ce soit ! Donc là, on va essayer de se détendre et de ne pas « chasser l’objet qui fait peur » car notre cheval ne sait pas qu’on a peur de ses réactions, il pense que nous aussi nous avons peur de l’objet qui fait peur. Alors on souffle, on se détend, on peut chanter aussi, ça aide à respirer tranquillement 🙂 On va aussi fixer notre attention sur autre chose, le bout du chemin si on est en balade, ou un autre objet ou un exercice particulier, si on est en carrière et vraiment vraiment appliquer notre attention dessus pour dédramatiser tout ça.

Mais attention, je vais fixer MON attention RÉELLEMENT sur autre chose, pas juste faire semblant tout en pensant à ce fichu objet ou ce fichu bruit. Je vais me concentrer et m’appliquer de toutes mes forces sur autre chose que l’objet de la peur. Je vais aussi être progressive et ne pas trop en demander à mon cheval.

Comment ? Tu le comprendras surement mieux avec cet exemple en situation :

J’ai installé ce portique dans ma carrière. Aslan ne l’avait jamais vu et il est entré dans la carrière en ronflant, fixé sur cet objet incongru ! J’ai donc décidé de NE PAS LE FAIRE PASSER DESSOUS, de ne pas le lui faire sentir, de ne pas lui demander de le toucher ! 😀

On a commencé à jouer au jeu du cercle et j’ai juste pris cet objet comme repère pour faire des transitions.

Au départ je n’ai demandé aucun arrêt devant, car il aurait été bien incapable de le faire et je n’ai pas été trop critique sur ses écarts de trajectoire. Tant qu’il est passé devant en précipitant ou en serrant les fesses, je n’ai vraiment demandé aucun arrêt, je l’ai laissé regarder en passant et réfléchir sur le reste du cercle.

Quand il a pu faire 1 ou 2 passage en étant plus concentré sur mes demandes que sur le portique alors je l’ai rappelé et on est partis brouter (enfin lui il a brouté.. pas moi ! ^^). Puis on a recommencé à l’autre main, puis de l’autre coté du portique aussi aux deux mains. Aslan encolure et queue tendues, encolure contractée, mâchoires serrées, l’allure est irrégulière, il est stressé, on continue tranquillement.

En passant devant un certain nombre de fois, des deux cotés et aux deux mains, il a eu l’occasion d’observer LUI cet objet sous toutes ses coutures et moi je n’y ai accordé aucune importance : Normal, moi je n’ai pas peur des portiques en frites de piscine.

ET MOI je suis restée vraiment concentrée sur les transitions, pour les faire les plus propres possibles et les plus précises possibles, rien d’autre n’avait d’importance pour moi. Aslan se détend, j’ai arrêté juste après cette photo.

Une fois détendu, j’ai donc pu commencer à lui demander des arrêts devant mais toujours perpendiculaire au portique quand il a pu s’y détendre réellement, alors et seulement alors. J’ai envisagé l’idée de lui proposer de passer dessous !

A retenir de cette partie :

  • Je ne me focalise pas sur l’objet
  • Je ne le regarde pas
  • Je suis progressive
  • J’attends que mon cheval se détende

Une fois qu’il a été vraiment DÉCONTRACTÉ perpendiculairement à l’objet je lui ai proposé de passer, il a préféré l’explorer et je l’ai laissé faire à son aise.
Et puis je l’ai renvoyé plusieurs fois, lui demandant de reculer avant de repartir quand ça bloquait.
Au bout d’un moment il est passé… mais pas vraiment dans la décontraction ! ^^

Ce genre de passage peut convenir à beaucoup de cavaliers, car ils l’estiment comme suffisant, le but a été atteint, le cheval est passé :
Dans quel état émotionnel et quel souvenir va-t-il en garder pour la prochaine session ?

Alors on va juste recommencer, recommencer, recommencer encore jusqu’à cette douce décontraction !
Plus mon cheval va avoir l’habitude de ces répétitions et plus la décontraction va arriver rapidement.

Du coup je me suis dit que c’était bon et on a commencé à jouer à 3. Aslan toujours en longe et Maroussia en liberté !

OUI MAIS !!!! J’ai oublié de travailler une des composantes de ce passage étroit sous le portique, vois tu lequel ?

Le contact du portique sur la selle et sur le corps ! Car ce jour là il y avait un très gros Mistral et le portique oscillait quelques centimètres au dessus du pommeau de le selle western et ce qui devait arriver arriva, le pommeau s’est pris dans le portique éjectant la partie centrale et Aslan a eu extrêmement peur …

OUI MAIS j’étais juste devant lui en train de faire reculer Maroussia !

ET C’EST LA qu’on se félicite d’avoir été aussi pointilleuse sur l’espace personnel depuis le début, car s’il s’est jeté en avant, il a fait tout ce qu’il pouvait pour m’éviter et seul l’étrier de la selle m’a touchée… vous imaginez si je n’avais pas eu ce respect ?

Donc, j’ai remis mon ouvrage sur le métier et j’ai pu travaillr la partie manquante au lieu d’aller soigner mes contusions. ^^ Quel bonheur d’avoir un cheval respectueux ! 😀

J’ai ôté la partie centrale et j’ai pivoté les morceaux du portique pour que ça le touche d’un coté seulement, puis de l’autre à chaque fois jusqu’à la décontraction.

Puis des deux cotés en même temps.

Et on a repris une fois encore jusqu’à la décontraction !

Quand ça a été ok on a pu le faire en liberté, puis avec tous les deux en liberté.

A la séance suivante, je me suis contentée d’avoir 3 ou 4 passages décontractés en longe.

La décontraction était là à 100% au second passage. Pas besoin de plus.

A la séance suivante après un seul passage en longe, je me suis amusée à faire d’une façon un peu différente puis j’ai pu le faire en toute zénitude monté.

Vidéo

Je t’ai mis tout ça en vidéo et tu verras que vraiment … le respect ça peut te sauver la mise et qu’un cheval peut passer de paniqué à tout à faitr tranquille en peu de temps si tu t’y prends d’une façon constructive sans jamais le forcer.

En conclusion :

La peur chez le cheval n’est pas une fatalité !

Il suffit de la prendre en compte sans te focaliser dessus, de te dire que c’est un grain de sable pas très important en soi mais qui peut bloquer la machine à tout moment. Tu vas faire ce qu’il faut tranquillement sans te mettre de pression pour aider ton cheval à s’en débarrasser et à avoir des réactions plus positives.

Le respect n’est pas une option !

Le respect n’est pas un exercice, il DOIT faire partie de votre quotidien, il ne se DEMANDE pas. Ça doit être quelque chose d’acquis qui s’applique à chaque instant du quotidien. Tu es une petite chose fragile face à 500 kilos de vivacité et ta vie peut dépendre de ce respect que tu sois au sol ou en selle. Ne l’oublie jamais.

Tu peux retrouver ce sujet décrit plus longuement avec des détails et des applications diverses dans ma vidéo enregistrée : « Le cheval qui a peur, le comprendre, le préparer pour l’extérieur »
{"cart_token":"","hash":"","cart_data":""}
%d blogueurs aiment cette page :