Dans le monde du cheval comme ailleurs on voudrait que tout soit parfait !
 
Nombreuses sont les cavalières qui ne passent pas à un exercice plus compliqué avec leur cheval parce que l’exercice précédent n’est pas parfaitement réalisé.
Se projetant dans ce qu’elles souhaitent obtenir, elles oublient les efforts que le cheval a déjà faits… Alors elles recommencent mais ça ne va pas forcément mieux. Alors elles recommencent, mais ça ne va toujours pas mieux. Elles s’agacent, le cheval fait de moins en moins bien, elle sont de plus en plus frustrées, le cheval de plus en plus blasé ou agacé ou flippé… Alors elles abandonnent en se disant qu’elles sont vraiment trop nulles !
 
Magnifique auto-sabotage du plaisir et de l’envie de la cavalière comme du cheval.
 
Alors qu’est ce qu’il faut faire ? Avancer en ce moquant des bases ?
 
Non, certainement pas !
 
Mais avancer quand le cheval a COMPRIS, qu’il fait CALMEMENT, quand ce n’est pas si mal, même si ce n’est pas parfait !
Arrêter un exercice au moment où le cheval fait un peu mieux est toujours une excellente solution. Si on arrête sur un effort, même si ce n’est pas parfait, notre cheval sait qu’on a vu son effort et cela l’encourage à en faire un autre un petit peu plus grand. Si on arrête au bon moment et qu’on reprend sur un autre exercice, peut-être un peu plus ardu mais légèrement différent, on évite l’ennui et la « blasitude ».
C’est en faisant des choses un petit peu plus difficiles que la base s’améliorera et ça sans perdre l’envie du cheval, sa motivation, ni les nerfs et la joie de la cavalière.
 

Vouloir faire « parfait » avec les chevaux est la pire idée de l’univers !

Car avec eux comme dans beaucoup d’aures domaines, la perfection n’existe pas. On est donc éternellement insatisfait, frustré et agacé si on veut la trouver à tout prix.
La seule chose qu’on peut espérer c’est faire un petit peu mieux, un tout petit mieux qu’hier, qu’à la demande précédente, qu’au début de la séance et s’en réjouir ! Mais tous ces petits bouts de « mieux » mis bout à bout feront toute la différence. Ils auront aussi pavé notre route de tas de petits morceaux de victoires et de joies.
 
Pensez aux spectacles équestres que vous avez pu voir, qu’est-ce qui fait plaisir à voir ? La perfection rigoureuse, le geste ultime même s’il est sans âme ? Ou bien le plaisir partagé par un cavalier et son cheval même quand il y a des ratés et que l’humain ne s’en offusque pas ?
 

La « perfectionnite » est la meurtrière de l’envie et de l’entousiasme, ne la laissez pas les assassiner !

Merci à Selma Païva pour cette phrase 🙂

Valérie

Un petit exemple où j’accepte les efforts de Maroussia même si elle ne fait pas ce que je lui demande au départ.
Si j’avais « forcé » lors des premières demandes en voulant que ce soit parfait, elle aurait fuit et décalé les hanches et il m’aurait sans doute fallut beaucoup plus de temps pour arriver au résultat final.

Accédez à toutes les vidéos et les articles de formation à volonté avec les abonnements ! Ignorer

{"cart_token":"","hash":"","cart_data":""}