Beaucoup de cavaliers attendent en fait une seule chose de leur cheval … qu’il fasse ce qu’ils lui demandent ! Et c’est entendable. On monte à cheval pour aller se balader, pour sauter des barres, faire des reprises de dressage ou des numéros de cirque et le but est que le cheval fasse ce qu’on lui demande. Cela est flatteur pour le cavalier, il peut progresser dans sa discipline, finalement c’est le but …

OUI mais … avoir un cheval téléguidé qui répond parfaitement aux ordres c’est bien. Mais un cheval qui comprend ce qu’on est en train de faire, qui participe et qui fait réellement de son mieux pour atteindre un but commun… c’est un autre stade !

Ce stade, tellement plus agréable ne peut être atteint que si on comprend une fois pour toutes que c’est au cerveau de notre cheval qu’il faut s’adresser. Bien sur on ne peut pas lui parler et il va bien falloir parler à son corps pour s’adresser à son cerveau, mais le cerveau est bien la finalité.

Par exemple, on peut faire faire des cercles à un cheval de façon classique : longe tendue et chambrière active, pour garder le cheval dans l’allure et sur la bonne trajectoire, on parle au corps du cheval qui doit faire ce qu’on lui dit, il n’a pas tellement le choix et pas besoin de réfléchir.
Mais on peut aussi demander des cercles en autonomie, juste en gardant l’énergie de l’allure dans notre corps, longe détendue et stick posé, le cheval étant responsable de son allure, de sa direction, c’est à lui de garder cette trajectoire précise et cette allure, l’humain n’est là que pour corriger d’éventuelles erreurs

Qu’est ce que ça peut changer ?

TOUT ! Un cheval qui est rendu responsable, qui a besoin de réfléchir pour faire ce qu’on lui demande, parce qu’on corrige ses erreurs si besoin pour l’aider à comprendre, au lieu de le guider en permanence pour éviter qu’il en fasse, va pouvoir montrer à quelle point il comprend, il va prendre plus de plaisir à faire des choses par lui même, il va réellement apprendre et progresser bien plus vite.

On le sait tous plus on apprend, plus il est facile d’apprendre, plus c’est rapide et efficace, le cerveau est un muscle !

Alors, apprenez à votre cheval à réfléchir, renoncez au contrôle absolu du conducteur de cheval, pour devenir un professeur qui enseigne avec un mélange d’indulgence et de fermeté et vous aurez le cheval dont vous rêvez !

 

 

Vous aimez cet article ? Recevez en 5 en version longue chaque mois, ainsi que leurs exercices associés, imprimés et reliés,
plus beaucoup d’autres choses avec le Bullet Journal Equestre.

Pour plus d’infos cliquez ici !

 

Inscriptions ouvertes pour le programme VIP de juin Rejeter

Share This