Toi d’abord !

Publié le Publié dans Articles en vrac, Travailler sur soi

La plupart des cavaliers quand ils rencontrent un, ou des, problèmes avec leurs chevaux se disent qu’il faut que leur cheval change !
Qu’il faut qu’il soit plus courageux, plus calme, plus discipliné ou plus dynamique et ils travaillent dur pour changer leurs chevaux .. ou ils en prennent un autre! Mais souvent nouveau cheval ou pas, le problème continue ou se répète et les progrès sont difficiles, parfois juste passagers, avant de revenir au galop ! Et là selon leur caractère, certains renoncent quasiment à monter à cheval, ou même à avoir un cheval, ou bien, ils font avec, se battent et galèrent, jour après jour, pour réussir à changer leurs chevaux ....

C’est triste, les choses sont compliquées et la raison pourtant tellement simple ...

Chacun est conditionné par la vision qu’il a de son cheval, que cette vision ai été induite par un a-priori, les mots de l’éleveur ou de l’ancien propriétaire ou de quelqu’un qui a ”du savoir” dans son entourage, ou qu’elle soit venue par quelques mauvaises expériences avec le cheval !

Tant qu’on est enfermé dans cette “photographie mentale” du cheval, tant qu’on a un seul éclairage de ce qui se passe, on agit et on réagit avec un seul axe qui donne toujours le même résultat : Mon cheval est mou je le pousse, je continue, il devrait changer ... Mon cheval est peureux, je dois le forcer un peu à chaque chose difficile, je continue, il devrait changer..
Mais les chevaux ne changent pas, on ne change rien, on continue, on est frustré, agacé , il SAIT le faire, on s’énerve, on se fâche ou on renonce ... et le cheval n’a toujours pas changé !
Et ça ça durera tant que je n’aurai pas compris UNE CHOSE... une seule chose...

Mon cheval ne pourra pas changer
tant que mon regard n’aura pas changé !

Observer son cheval quand il n’est pas avec les humains, le regarder vivre avec les autres va donner de bonnes pistes, aider à le voir non comme monture mais comme CHEVAL, comme INDIVIDU avec des besoins et des envies.

Apprendre à LIRE son cheval va aider à savoir qu’elle est son opinion quand à ce qu’on lui propose, même si ce n’est pas facile à accepter... parce que parfois, oui, c’est dur de savoir que mon cheval, que j’aime tellement, n’a pas envie que je le touche ! Que non il n’a pas envie d’être avec moi ! Mais si je me bouche les yeux, si je ferme mes oreilles à ses opinions alors je ne pourrai jamais l’aider à changer. Et c’est ce qui se passe la plupart du temps ...

Si je change mon regard, que je deviens RÉALISTE que j’accepte de voir notre relation telle qu’elle est ... alors mon attitude va changer fatalement !
Et l’idée n’est pas d’être défaitiste et de renoncer mais de travailler pour changer moi-même car

C’est en changeant mon attitude
que je vais changer mon cheval !

Si je deviens plus compréhensif, mais aussi plus fort, plus courageux, plus calme, plus déterminé alors je serai le compagnon sur qui mon cheval pourra se reposer, le leader fiable qui inspire confiance qu’il aura envie de suivre ... et mon cheval changera ! Chaque fois que votre cheval ne sera pas celui que vous voulez, dites vous qu’il vous regarde et vous dit :

“TOI D’ABORD ! “

Sois calme, sois confiant, sois motivé, soit discipliné et je le serai aussi ! Car s'il n'y a qu'une seule chose que je dois garder en tête c'est que : tout ce que je veux enseigner à mon cheval, je dois d'abord l'apprendre moi-même.

Je veux un cheval plus courageux, je dois l'être moi aussi ! Je veux un cheval plus calme, le suis je vraiment ? Mon cheval manque de motivation ? Le suis je moi même tous les jours face à lui ? Mon cheval est indiscipliné, suis je moi même suffisamment rigoureux ?

Et c’est pour ça que j’ai créé Juste avec mon cheval, pour vous aider à changer vous même, pour que vous puissiez changer vos chevaux ! 🙂

3 réflexions au sujet de « Toi d’abord ! »

  1. Très belle initiative qui, je l’espère, sera suivie et comprise par beaucoup de cavalies pour le bien-être des chevaux. Encore faut-il que le couple cavalier/cheval soit bien accordé ( à jeune cavalier cheval d’expérience et inversément). Obstacles de taille: la remise en question permanente qui n’est pas donnée à tout le monde; la juste observation, le bon sens, la sensibilité (ou l’empathie) pour pouvoir écouter et comprendre le cheval.
    Je vous souhaite beaucoup de succès et de réussite dans cette démarche!

  2. Bravo! Merci de me conforter dans une idée fixe chez moi, qui me veut beaucoup de moqueries… Mais c’est pas grave, parce que c’est ce que nous avons accomplis avec mon titi, ensembles, grâce à l’ethnologie et beaucoup de travail à pied… nous d’abord devenus amis, Dans la confiance, le confort et le respect… et quand je change, il progresse!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *